Lead-analytics

Études contre-production : la collaboration s’impose | DSISIONNEL
Lost Password?

A password will be emailed to you. You will be able to change your password and other profile details once you have logged in.

Études contre-production : la collaboration s’impose

Sogeti

Trop souvent, les DSI et leurs fournisseurs envisagent l’amélioration de la productivité de la production sous la forme de gains modestes, de l’ordre de 5% par exemple. Pourtant le passage à l’ère industrielle au 19ème siècle avait radicalement transformé la société : pouvons-nous faire aussi bien ? Tribune de Vincent DELARUELLE : Consultant Engineering Infrastructure Management Services chez Sogeti France.

Vincent DELARUELLE, Consultant Engineering Infrastructure Management Services chez SOGETI FranceUne différence significative entre l’industrie lourde et l’informatique des entreprises du 21ème siècle est qu’il s’agit moins de produire à la chaine des produits identiques que de produire à grande cadence des produits personnalisés et en perpétuelle évolution. En effet, la DSI ne se contente plus de produire les factures et les bulletins de paie, elle participe directement au business de l’entreprise et à la création de valeur pour les clients.

En guise d’exemple industriel, la demande pour une peinture bicolore dans une série de voitures bleues est une contrainte acceptable par le patron de la chaine de fabrication. C’est aussi la vraie raison d’être d’une chaine moderne.

Le clivage entre les études et la production devient un frein à la prise en compte des besoins du marché, et donc à la compétitivité de l’entreprise. Si l’automatisation des actes techniques est nécessaire (le principe étant que tout ce qui peut être réalisé par du logiciel doit l’être), il est plus largement question de changer d’état d’esprit. Les études et la production partagent la responsabilité de la qualité du fonctionnement quotidien de l’application.

Le produit de la DSI n’est plus seulement une application stable, c’est tout ce qui permet de faciliter les affaires. Les grands du web sont en avance sur ces aspects. Ils sont parfois mono application mais ils mettent en production 10 fois par jour, voire davantage.

Pour ces applications qui sont en évolution permanente, pilotées par les directions métiers, la capacité de la DSI à procéder fréquemment à de petites mises en production est plus utile que l’organisation de larges paliers à forts risques. Les études et la production doivent travailler ensemble, avec des équipes mixtes, pour se transformer en une véritable usine logicielle, dont l’outil de production doit être capable d’absorber des petits changements permanents.

On peut parler d’intégration continue, on peut adhérer au mouvement DevOps : dans tous les cas, les briques de base sont la standardisation, l’automatisation et un effort porté sur la préparation à la production. Le rapprochement entre études et production est la clé.



Partager cet article


Sur le même sujet...

0 Comments